Arte, nom d’une chaîne de télévision franco-allemande désigne aussi le nom d’un manga récent, de Kei Ohkubo. J’ai commencé par emprunter le 1er tome à la bibliothèque, pour voir si ça ma plaisait. Il était marqué par l’étiquette « Sélection prix dé-lire 2016/2017 », ce qui a attiré mon regard ! (prix de lecture pour les collégiens…)

Ce manga parle d’Arte, jeune fille grandissant à Florence, au début du 16ème siècle, en pleine Renaissance. Cette jeune femme aime dessiner et aimerait rentrer en apprentissage chez un maître peintre de la ville. Cependant, à cette époque, cela ne se fait pas pour une femme d’être peintre, son seul et unique objectif doit être : se trouver un bon mari !

On suit donc, dans ce 1er tome, les aventures d’Arte pour s’émanciper et trouver un maître peintre. On suit aussi ses découvertes, sa rencontre choc avec le monde, car elle vient de l’aristocratie donc elle était plutôt protégée de la réalité.

Comme tous les mangas, il se lit à l’envers par rapport au livre européen, le dessin est top, bien travaillé.

Cela m’a permis de découvrir davantage la Renaissance européenne, et surtout italienne, et de façon différente, en immersion visuelle.

Ce tome 1 m’a énormément plu, je l’ai trouvé très intéressant, j’ai donc emprunté tous les autres tomes existants et présents à la bibliothèque, jusqu’au numéro 5. J’attends avec impatience la suite ! 🙂

Je ne veux pas trop te spoiler l’histoire, donc je ne vais pas trop te parler des 4 tomes suivants, mais je les ai trouvé aussi bons que le 1er, avec un développement de l’intrigue de base, vers des intrigues et des personnages plus complexes, très intéressant ! 🙂

Publicités